Accueil
Lexique

Écrire un texte informatif

La progression du cours en quatrième prévoit la rédaction d'un texte pour informer. Pour réaliser cette épreuve, vous disposerez d'une source d'informations. La tâche consistera à rendre accessible les informations demandées à votre lecteur (il sera identifié dans les consignes.)

Plusieurs difficultés seront à surmonter :

Qu'est-ce qu'un texte informatif ?
Adapter le texte au destinataire.
Rechercher, comprendre, retraiter les informations brutes.
Transmettre l'essentiel.
Organiser le texte
(aspects linguistiques)

Assurer la cohérence du texte.

Mettre le texte en pages
(organisation visuelle).

Procédure
Un texte d'élève
 

Difficulté n° 1 : Rechercher et traiter l'information.

Plus la représentation que vous vous faites de ce dont vous allez traiter est riche, plus la production d'un texte organisé et cohérent sera aisée. Une part importante de votre temps doit donc être consacrée à nourrir, clarifier, préciser les connaissances.

En principe, en quatrième le professeur fournit les éléments d'informations. Ce n'est pas nécessairement le cas dans d'autres cours où vous devrez rechercher vous-même les données.

Imaginez, par exemple, que l'on vous demande de soutenir une opinion sur la place accordée au crime par les media. Votre représentation prélinguistique du sujet est, sauf exception, limitée à quelques généralités du genre : la radio et la T.V. transforment les criminels en vedettes d'actualité; le crime "à la une" détourne l'attention de problèmes plus constants et plus graves; les criminels (les preneurs d'otages en particulier) sont susceptibles d'inclure les media dans leur stratégie; le public, le jeune public notamment, s'accoutume ainsi à la violence, etc. Toutes ces idées sont certes pertinentes, elles peuvent toutes constituer le "noyau" d'un paragraphe ou d'un paquet d'informations plus important encore. Mais toutes demandent à être développées, appuyées par des exemples, des preuves, des anecdotes, des statistiques, bref : par ce que l'on nomme communément des faits. Or ces "faits", avec toutes les précisions qu'ils impliquent (qui ? quoi ? où ? quand ? comment ? combien ?) font rarement partie du stock d'informations engrangées par notre cerveau. Si vous n'avez pas accès aux documents qui en font état, impossible de soutenir, toutes pertinentes qu'elles soient, vos idées générales: vous rendez un travail squelettique, peu convaincant… à moins que vous ne tombiez dans les travers de la répétition ou de la digression pour pallier une carence de documents.    (J.-L. DUMORTIER)

Quel sujet principal et quels points secondaires font l'objet du texte à produire ? Quelques notes griffonnées sur une feuille de brouillon balisent le travail. Amorce d'un plan qui sera sans doute évolutif, ce préliminaire prend peu de temps et offre l'avantage considérable de soutenir l'inspiration.

Réfléchir soigneusement avant de commencer, en parler autour de soi quand c'est possible, permet d'éviter de répéter des idées reçues (clichés) ou de jongler avec des mots abstraits, des généralités en oubliant la réalité que ces mots devraient recouvrir.

Commencez par inventorier toutes les informations à transmettre. Il est désolant de s'apercevoir, le travail terminé, qu'un élément essentiel a été omis.

Ensuite, choisissez les thèmes que vous allez développer. Ils constitueront chacun le centre d'un paragraphe (critère 6.5)

Si vous souhaitez étoffer votre texte, lui donner plus de consistance, reportez-vous à la page Comment développer un paragraphe informatif ?

Les étapes suivantes seront : composition du paragraphe d'attaque (annonce du thème et accroche du lecteur), composition du paragraphe de clôture (chute, boucle, élargissement), du chapeau (énoncé accrocheur et concis des thèmes), du titre.

Difficulté n° 2 : Adapter l'énoncé au destinataire

La manière de concevoir et d'écrire un texte dépend de la personne qui va le lire.

Envisageons le pire :

Le lecteur ne connaît pas ce dont vous traitez: pensez à développer, expliquer, illustrer. Votre texte doit permettre à celui qui ne connaît pas les données de se les représenter. Il sera donc parfois nécessaire de reformuler de façon différente, de traduire des chiffres en mots etc.

Le lecteur n'a pas les idées claires : votre texte doit être clair, organisé visuellement et linguistiquement, "bien rangé", univoque.

Le lecteur ne vous croit pas : votre texte doit être crédible, fondé sur des sources fiables, des témoignages, des citations d'experts, avec un vocabulaire exact.

Le lecteur n'a pas envie de lire : votre texte doit être séduisant, style communicatif, mise en pages attrayante, longueur des phrases entre 10 et 15 mots.

Dans un texte informatif, l'énonciation est de préférence " historique ", distanciée. Cette manière d'écrire montre mieux que l'auteur ne cherche pas à exprimer ce qu'il pense, à imposer ses opinions mais à transmettre ce qu'il observe, des faits. Les informations, ainsi présentées, paraissent plus crédibles, plus "scientifiques".

énonciation historique (distanciée, masquée) : aucune marque du JE, du TU, l'espace et le temps sont situés dans l'absolu, la subjectivité personnelle de l'auteur est cachée, une distance est maintenue entre les partenaires de la communication. (écriture journalistique)

Le mardi 30 avril au local 32, Virginie Lair apporte à Monsieur Dutemps son tout nouveau manuel d'histoire. Il s'en montre ravi.

énonciation discursive (instanciée, marquée) : nombreuses marques du JE et du TU, l'espace et le temps sont situés par rapport au moment de parole, la subjectivité personnelle peut apparaître, une relation étroite est installée entre les partenaires de la communication. (écriture-témoignage)

Virginie, le nouveau manuel d'histoire que tu m'apportes ici aujourd'hui est vraiment superbe.

Choisissez un plan de développement

Difficulté n° 3 : Assurer la cohérence du texte

La cohérence est la qualité qui fait qu'un ensemble de phrases constitue un texte et non une liste. Elle dépend de l'application de quatre principes: répétition, progression, articulation, non-contradiction.

 

principe n°1 répétition :

Le texte doit régulièrement reprendre des informations déjà énoncées.

La redondance assure l'efficacité de la communication. Plus une idée est importante, plus souvent elle doit apparaître dans le cours du texte (les reprises). Le lecteur, l'auditoire, est nécessairement plus attentif à une information donnée à plusieurs reprises. Pour compenser sa prévisible distraction, il faut s'assurer que si le lecteur est passé à côté d'une information, il la rencontre forcément à nouveau. Il faut aussi prévoir qu'il n'ait pas parfaitement compris un énoncé et donc le reformuler plusieurs fois. Plus le texte est long, mieux il supporte la répétition, le texte oral davantage que le texte écrit.

Dans un article, l'essentiel apparaît dans le titre, dans le chapeau, dans l'attaque, dans le corps et dans la clôture (5 fois au moins !)

principe n° 2 progression :

De phrase en phrase, le texte doit constamment apporter des informations nouvelles.

La deuxième règle de cohérence ne contredit pas la première. Un texte qui répéterait invariablement la même phrase découragerait pas mal de lecteurs. Il faut donc que le texte apporte sans cesse des éléments nouveaux (progression).

En principe, on part de ce que le lecteur connaît déjà et on y ajoute une information nouvelle. Ensuite, on peut s'appuyer sur ce qui vient d'être exprimé pour apporter une information supplémentaire. Et ainsi de suite. Lorsque l'on saute une étape, une "rupture de progression" risque alors de désarçonner le lecteur. Il ne "suit plus". Il est donc important de bien se représenter les connaissances du lecteur à qui on s'adresse (Voir difficulté n° 2)

Pour assurer la variété de l'expression, on recherche des substituts : pronoms, hyperonymes, synonymes , périphrases ou on modifie la construction pour exprimer l'idée de façon différente, plus précise de préférence. Évidemment plus son savoir verbal est important, plus celui qui écrit dispose d'outils pour varier son expression.

En ce qui concerne le contenu, le deuxième énoncé d'une information est, de préférence, légèrement différent du premier (plus précis, plus dramatique, autre situation spatio-temporelle…)

Attention aux équivoques :

Pierre a perdu son grand-père. Il en est très affecté.
Pierre a perdu son grand-père.
Il est décédé à plus que quatre-vingts ans.

Deux autres moyens permettent des répétitions discrètes : la paraphrase et l'exemple.
La paraphrase exprime en d'autres mots une information déjà donnée,
l'exemple précise, illustre une information jugée trop abstraite pour le destinataire.

Dans la présentation des informations, utiliser différents types de progression thématique apporte aussi de la variété : progression à thème linéaire, à thème constant, à thème éclaté.

principe n° 3 articulation :

Les phrases d'un texte doivent être organisées, reliées entre elles (explicitement ou implicitement!).

Rappel : mise en pages, typographie, ponctuation, mots-outils, construction détachée, formulation reliante, liaison implicite sont autant d'outils organisateurs du texte.

Télécharger un diaporama explicatif : 

 

Les mots-outils ( aussi appelés mots-liens, connecteurs, indicateurs, signaux) sont des mots ou des groupes de mots qui relient des énoncés. Vous pouvez accéder à une page où ils sont groupés par catégories logiques.

principe n° 4 compatibilité :

Un texte informatif ne doit pas contenir d'énoncés contradictoires.

Difficulté n° 4 : Organiser le texte (aspects linguistiques)

télécharger un diaporama explicatif ? Format PowerPoint ou OpenOffice  [enregistrer la cible sous]

Le texte informatif standard peut se construire selon une organisation assez simple:

Le titre annonce le thème et apporte une information.

Le chapeau propose l'essentiel des informations sans en révéler les détails, il les met en valeur pour susciter la curiosité du lecteur.

L'attaque interpelle le lecteur, l'invite à lire (fonction d'accroche). Elle établit l'importance pour le lecteur des informations à découvrir dans le texte (fonction de valorisation). Elle annonce les étapes du développement (fonction de balisage). Mais on n'y fait pas allusion au texte qu'on écrit : " Une enquête pleine de révélations " mais pas " Lisez cet article étonnant. "

Le développement présente chaque information en détail dans un paragraphe homogène et progressif.

Un paragraphe homogène est centré sur un seul thème.
Un paragraphe progressif apporte de nouvelles informations, est centré sur un thème différent du précédent.

Voici la structure habituelle d'un paragraphe standard:

1. articulation avec l'énoncé précédent ;

2. énoncé court de l'information = thème + rhème ;

3. développement, exploitation de l'information, relations nouvelles, sens neuf…

4. clôture du paragraphe, reprise enrichie du thème, relance éventuelle.

Voir un exemple ?

La clôture, le dernier paragraphe reprend l'essentiel des informations développées plus haut, ce que le lecteur doit retenir. Signalée par un indicateur, elle ne contient pas de nouvelle information. Le procédé de la boucle (rappel du début) est très efficace.

Difficulté n° 5 : Mettre le texte en pages (organisation visuelle)

Mettez votre texte en pages de façon à ajouter à l'organisation un certain confort de lecture.

Respectez les impératifs d'orthographe, cela augmente la lisibilité du texte.

Procédure conseillée

Télécharger un diaporama explicatif ? [enregistrer la cible sous]

Travail préparatoire :

Composition, rédaction :

Toilettage :

Je relis mon texte :

Un texte d'élève pour se représenter la tâche ?

Voici un texte rédigé par Mélissa C., 4e Technique de Transition, en situation d'épreuve certificative, mars 2012.
Elle a accepté de le mettre à la disposition des autres élèves.

La consigne les données qui ont servi de base son texte

Un lien utile ?

  • site tout apprendre.Les grands principes de l'écriture journalistique.

6. Évaluation : rédaction d'un texte informatif.

télécharger une table d'évaluation ?

Information

1. Le texte produit un sens neuf à partir d'informations brutes (= il ne raconte pas et ne répète pas simplement le référent).

0 1 2

2. Le texte reste centré sur le thème. Il présente le nombre demandé d'informations. Les informations ajoutées sont exactes, crédibles.

0 1 2

3. L'essentiel est répété sous plusieurs formulations différentes.

0 1 2

4. Le texte est écrit à la troisième personne (énonciation "historique"). Le texte distingue les faits et les opinions. Il comporte au moins une citation. Les citations sont attribuées et aisément identifiables. L'origine des données est intégrée.

0 1 2

5. Les indications permettent à un lecteur qui ne connaît pas le référent de se le représenter. Les données sont lues et exposées correctement. Le nouveau est ajouté au connu sans rupture. L'auteur ne fait pas allusion à son propre texte.

0 1 2

Textualisation

6. Le texte est structuré

6.1. Le titre est pertinent (c'est-à-dire en rapport avec l'ensemble du texte y compris l'éventuel paragraphe de commentaire) , accrocheur et présente un élément d'information.

6.2. Le chapeau annonce l'essentiel du texte (y compris l'éventuel paragraphe de commentaire) et suscite l'intérêt.

6.3. Le premier paragraphe (attaque) accroche et annonce le thème.

6.4. Le texte est clôturé de façon explicite, cohérente et séduisante.

6.5. Le texte est découpé en paragraphes complets (5 éléments) homogènes et progressifs signalés par un alinéa et une ligne blanche.

0 2 4 6 8

7. La langue est correcte

7.1. L'orthographe lexicale est respectée. (4 erreurs / page)

7.2. Les accords sont correctement établis. (2 erreurs / page)

7.3. Les pronoms sont utilisés à bon escient.

7.4. Les verbes sont conjugués aux modes et temps adéquats.

0 2 4 6

8. La langue est séduisante

8.1. Les informations sont énoncées de façon précise et rédigées en phrases complètes dans un style communicatif.

8.2. Toutes les phrases sont reliées entre elles de façon pertinente.

8.3. Des procédés de substitution lexicale et syntaxique assurent la progression.

0 2 4 6

Mise à jour : 06.10.2020