L’action d’Amnesty International au cœur de l’Athénée d’Ouffet  

La sensibilisation des élèves aux Droits de l’Homme figure parmi les objectifs généraux du Projet d’Établissement de l’Athénée d’Ouffet.

Entre autres organisations ou mouvements mondiaux de personnes qui luttent pour les droits humains, Amnesty International a particulièrement intéressé l’équipe éducative et les élèves.  Elle les a intéressés au point de les voir souhaiter devenir un « groupe-école » d’Amnesty, ce qui est chose faite depuis l’année scolaire 2001-2002.  

Cette affiliation – dont le coût s’élève à 25 euros par an - permet au groupe de recevoir tous les documents relatifs aux actions urgentes et aux actions à long terme, sur base desquels il pourra travailler.

Une participation à la campagne « bougies » est également possible et souhaitée, de même qu’aux campagnes dites « classiques » à long terme.  Un exemple parmi d’autres de ces campagnes : Halte à la  violence faite aux femmes !

En principe, le groupe-école devrait avoir un programme régulier de réunions et deux responsables de coordination : un élève et un professeur. Il devrait également nommer une cellule de crise pour gérer les cas de réaction rapide (en cas de torture ou de peine de mort, par exemple). 

Mais concrètement, à l’Athénée d’Ouffet, le travail pour Amnesty International se fait de façon beaucoup plus libre.  Nul ne doit jamais se sentir obligé d’agir, alors qu’il a peut-être d’autres urgences auxquelles faire face.  Qu’il s’agisse d’une matière à terminer, pour un professeur, ou d’un contrôle à préparer, pour un élève, le travail scolaire garde toujours l’absolue priorité.

Et si tous les professeurs se sentent concernés par la défense des Droits de l’Homme, il est évident que certains cours (morale laïque, religion, sciences sociales, histoire, …) semblent plus indiqués que d’autres pour sensibiliser les jeunes à la problématique.

Dans le même ordre d’idées, si tous les élèves paraissent fiers de faire partie d’un mouvement aussi connu qu’Amnesty International, certains se sentent parfois beaucoup moins concernés que d’autres pour agir.  Et cette réserve est alors totalement respectée.

Parmi les grands projets interactifs proposés par A.I. aux jeunes et auxquels l’Athénée d’Ouffet a participé, citons l’opération « Village du Monde », la journée pour un meilleur contrôle de la vente des armes légères (en collaboration avec Oxfam) et l’opération « Pas la peine ! » (contre la peine de mort).

Le groupe-école d’Amnesty de l’Athénée d’Ouffet remercie le groupe d’adultes d’Amnesty International de Huy, qui le parraine avec bienveillance.