Présentation de la création de la mare par les élèves de 3G

 

CREATION D'UNE MARE NATURELLE A L'ECOLE

Définition de la mare

Une mare est une petite étendue d'eau dormante atteignant au plus 1,5 m de profondeur. "Mare naturelle" signifie que l'intervention sur la vie du milieu aquatique se limite au minimum afin de permettre aux espèces sauvages de se développer librement.

 

Notre objectif

 

Notre but n'était pas la construction d'un aquarium géant à poissons rouges agrémenté par des jeux de lumière sophistiqués. Nous voulions créer un espace réservé à la nature de manière à pouvoir étudier un biotope à l'école.

 

Pour permettre l'équilibre écologique, il est préférable de ne mettre que des plantes de nos régions, ce que nous nous efforcerons de faire. Le respect de ce principe élémentaire permettra l'installation spontanée de toute une foule d'organismes appartenant aux différents échelons de la chaîne alimentaire et qui se chargeront eux-mêmes de l'entretien de la mare.

 

Création de la mare

 

Emplacement

 

Dans les documents, nous avons lu qu'une mare doit être implantée dans un endroit dégagé et ensoleillé. Derrière le bâtiment des cuisines nous semblait l'endroit idéal, de plus à l'abri d'éventuels "déprédateurs". Mais comment choisir le meilleur emplacement ? Sachant que la chaleur et la lumière sont indispensables au bon développement de la végétation aquatique (photosynthèse) il a donc fallu exposer la mare au sud et la dégager à l'est et à ouest. C'est e que nous avons fait. Nous l'avons installée aussi à l'écart des arbres pour éviter l'accumulation des feuilles mortes et d'aiguilles de résineux car celle-ci provoque une acidification ainsi que l'apparition d'une coloration brunâtre (ce qu'on appelle le phénomène d'eutrophisation).

 

Taille, profondeur et profil de la mare

 

La surface disponible pour creuser une mare est rarement un facteur limitant, avec deux ou trois mètres carrés, il est déjà possible de créer un petit milieu aquatique harmonieux susceptible d'attirer toute une foule de batraciens et d'insectes. Il faut également savoir que la profondeur et la pente sont deux facteurs particulièrement importants qui conditionneront avant tout la qualité de la mare. Etant limité par le coût du système d'imperméabilisation, nous avons choisi des dimensions nous permettant d'installer une bâche de 4 m sur 6 m, donc de 24 m².

 

 

Réalisation pratique

 

Système d'imperméabilisation

 

Nous avons choisi pour imperméabiliser la mare, une bâche en PVC. Son prix est assez élevé, 6 900 F pour 24 m², mais elle est très résistante, sa pose est facile, elle est facile à réparer et s'adapte également à toutes les formes

 

C'est la bâche qui a le meilleur rapport qualité/prix.

 

Tableau 1 : caractéristiques des différents matériaux d'imperméabiliation

(adapté à la brochure "Refuges naturel" - RNOB, 1991)

Matériau

Prix

Résistance

Pose

Réparation

Type de mare

Défauts

Avantages

Argile

(10-20 cm)

Faible

Faible

(fissuration !)

Facile

Facile

Mares de toutes taille

Lourd à manipuler

Envahissement par les plantes

Aspect naturel

Bâche en PVC

(0,5-2 cm)

Abordable

Grande mais attention aux objets pointus

Facile

Facile avec colle spéciale

Mare de tailles moyennes et marécages

Surface lisse (glissement de terre)

Meilleur rapport qualité/prix

Bâche en caoutchouc butylé

Elevé

Très grande

Facile

Facile avec matériel adapté

Grandes mares ou étangs

Difficile à trouver dans le commerce

S'adapte à toutes les formes

Bac préformé en plyester renforcé

Cher

Très grande

Facile

Possible

Petites mares

Forme rigide

Berges raides et lisses

 

Fond rigide en polyester et fibre de verre

Le plus cher

Très grande

Délicate

Possible

Mare stable pour des années

Dégagements de produits toxiques lors de la réalisation

Grande liberté dans la forme

Fond rigide en béton armé

Très cher

Très grande

Délicate

Possible

Mare stable

"à vie"

Indestructible

Réalisation lourde

Grande liberté dans la forme

 

On peut calculer les dimensions de la bâche à acheter en effectuant le calcul suivant :

 

- longueur = longueur maximale de la mare + (2 x profondeur maximale)

- largeur = largeur maximale de la mare + (2 x profondeur maximale)

 

Réalisation

 

L'emplacement de la mare a été délimité par des piquets et une corde pour que nous puissions creuser sans nous soucier des dimensions.

 

Nous avons d'abord ôté une couche d'herbe d'environ 10 cm d'épaisseur (nous avons conservé cette couche, elle pouvait nous être utile). Ensuite, il a fallu creuser en faisant attention au profil et à la profondeur.

 

Comme le sol était fait de remblais et contenait beaucoup de cailloux et de morceaux de brique, le fond et les parois ont été recouverts d'une couche de sable.

 

Il ne restait plus qu'à poser la bâche sur les parois de la cavité et épousant la forme ce celle-ci.

 

Nous avons commencé le remplissage avec l'eau du robinet et comme il a beaucoup plu au début de ce printemps 1998, la mare s'est vite remplie. Dans le fond de la mare, on peut disperser une fine couche de terre. Les plantes ont été installées en fonction de préférences écologiques (voir tableau suivant).

 

 

 

Tableau 2 : principales caractéristiques des plantes des milieux humides

(adapté de la brochure "Refuges naturels" - RNOB, 1991)

Catégorie

écologique

Nom français

Nom latin

Particularités & intérêts

Transplantations

Plantes submergées

Callitriche

Ceratophylle

Elodée

Myriophylle

Callitriche sp

Ceratophyllum demersum

Elodea canadensis

Myriophyllum spicatum

Oxygénante

Oxygénante

Oxygénante

Oxygénante

Bouture

Bouture

Bouture

Bouture

Plantes flottantes

Lentille d'eau

Nénuphar jaune

Lemna minor

Nuphar lutea

Couvrante

Couvrante, esthétique

Plant

Plant

Plantes semi-aquatiques

Iris jaune

Massette

Plantain d'eau

Potamot nageant

Roseau commun

Rubanier rameux

Sagittaire

Iris pseudacorus

Typha angustifolia

Alisma plantago-aquatica

Potamogeton natans

Phragmites australis

Sparganium erectum

Sagittaria sagittifolia

Elevée, esthétique

Envahissante, esthétique

-

Esthétique

Envahissant, esthétique

-

Esthétique

Rhizome

Rhizome

Plant

Plant

Bouture tige

Plant

Bouture

Plantes des berges et des rives marécageuses

Angélique

Epilobe hérissée

Eupatoire chanvrine

Glycérie aquatique

Jonc épars

Laîche des marais

Lysimaque vulgaire

Menthe aquatique

Myosotis des marais

Populage

Reine-des-prés

Salicaire commune

Scrophulaire ailée

Valériane rampante

Angelica sylvestris

Epilobium hirsutum

Eupatorium cannabinum

Glyceria maxima

Juncus effusus

Carex acutiformis

Lysimachia vulgaris

Mentha aquatica

Myosotis scorpioides

Caltha palustris

Filipendula ulmaria

Lythrum salicaria

Scrophularia umbrosa

Valeriana repens

Elevée, mellifère

Elevée, esthétique (rose)

Elevée, esthétique (rose)

-

-

-

Elevée, esthétique (jaune)

Basse

Basse, esthétique

Bas, esthétique (jaune or)

Elevée, esthétique (beige)

Elevée, esthétique (violet)

Elevée

Elevée, esthétique (rose)

Graines

Div. souche

Div. touffe

Graines

Div. souche

Div. souche

Div. souche

Div. souche

Plant

Rhizome

Graines

Plant

Div. souche

Div. souche

 

Aménagement des bords

 

Pour arrimer et dissimuler la bâche, il faut cacher les bords sous le gazon. pour ce faire, il suffit d'inciser la terre horizontalement à la base du système radiculaire de la pelouse et de glisser le bord de la bâche dans la fente ainsi pratiquée (ce qui est beaucoup plus facile à dire qu'à faire !).

 

Le peuplement végétal

 

On nous a conseillé de planter nous-mêmes des plantes semi-aquatiques, flottantes et submergées, alors c'est ce que nous avons fait. Nous allons, petit à petit, installer une à deux espèces de chacune de ces catégories.

 

Sont déjà installés :

D'autres plantes comme des iris jaunes, des populages des marais, des reines des prés, des potamots sont prévues. Ces plantes garantiront l'aspect esthétique de la mare et permettront l'oxygénation de l'eau par photosynthèse.

 

Peuplement animal

 

Il est impératif de n'introduire aucune espèce animale et surtout pas de poissons dont certaines espèces ont la fâcheuse habitude de remuer la vase, ce qui rend l'eau trouble, empêche la lumière de pénétrer dans l'eau et perturbe le développement de la vie. S'il y a d'autres zones humides dans un rayon de 1 à 2 km, des batraciens s'installeront. Dans tous les cas, des insectes et d'autres animaux aquatiques ne tarderont pas à profiter de l'aubaine. La seule exception que l'on peut faire à la règle de "non-introduction d'espèces animales" concerne les "escargots d'eau" les limnées et les planorbes. Comme leur faible pouvoir de dispersion les empêche de coloniser des milieux nouvellement créés et comme ils jouent un rôle capital dans la décomposition de la matière organique, il peut être intéressant d'introduire quelques exemplaires dans la mare. Nous avons introduit quelques limnées et elles ont déjà pondu des œufs dont certains sont déjà éclos. Actuellement, nous observons une invasion de larves de moustiques ce qui est normal dans une jeune mare ne contenant pas encore de prédateurs de ces larves, l'équilibre s'installera petit à petit.

 

L'entretien

 

De ce côté, pas grand chose à faire, il suffit de limiter la quantité de végétaux qui se décomposent dans la mare et de veiller qu'elle ne s'assèche pas trop en été, ce qui pourrait fissurer la bâche.

 

En fin, il faudra suivre régulièrement l'évolution de la mare car une mare en bonne santé se caractérise par un développement équilibré de sa faune et de sa flore ainsi que par le caractère limpide et translucide de son eau.

 

 

 

 

 

Si vous désirez nous imiter et installer un peu de nature dans votre jardin, vous pouvez nous contacter, ainsi que notre professeur de biologie, Madame Hofmans. Nous serons heureux de vous faire partager notre toute fraîche expérience.

 

 

Un tout grand merci à la direction de l'école et à tous ceux nous ont aidés et soutenus dans la réalisation de notre projet.

 

Les élèves de 3e générale, option sciences