La calomnie, de BOTTICELLI

m11.jpg (23122 octets)

Une merveille allégorique: nous sommes dans un édifice classique décoré de statues et de bas reliefs dorés.

Le roi Midas, avec les oreilles d’âne du mauvais juge est assis sur le trône entre l’Ignorance et le Soupçon, et tend la main à l’Envie qui conduit à la Calomnie. Celle-ci sur qui le Piège et la Fraude disposent des parures, traîne la Calomnie. Le remord suit, s’adressant à la Vérité nue qui invoque le ciel.

Quelques décorations à ne pas manquer :

Des combats de centaures au-dessus de la Vérité.
Bacchus retrouve Ariane au-dessus de la Pénitence.
Judith et la tête d’Holopherne à ses pieds derrière Midas.
David ou Thésée (statue au-dessus de la Calomnie).
La famille des centaures.
Jupiter et Antiope.
Minerve et la tête de Méduse.

Cette œuvre constitue sans doute une réplique aux critiques et calomnies dont le peintre avait été victime parce qu’il avait soutenu Savonarole, le moine fanatique qui finit sur le bûcher.

WB01343_.gif (599 octets)

WebMaster Préliminaires Page d'entrée Partie Historique Bibliographie
Léonard: l'Ingénieur Léonard: le Scientifique Léonard: le Peintre Page Gastronomie Dernière Minute