Saint-BerthuinMalonne

 

Organisation
de l'école

Informatique

 

Accueil
Historique de l'école

Projets

Projet éducatif
Projet pédagogique
Projet d'établissement

Encadrement

Equipe éducative
Logopédie
Psychomotricité
Education physique
Natation
Education artistique
Informatique

Infos pratiques

Les 4 lois
Calendrier scolaire
Horaire
Absences
Assurances
Festivités

 

 

Intentions pédagogiques de l'atelier informatique

 

PLUS UN MODE DE TRAVAIL ...
... QU'UN TRAVAIL À LA MODE

L'ordinateur fait partie de notre entourage et le but de l'atelier informatique est de permettre aux élèves de se familiariser avec cet outil qui fait déjà partie de leur quotidien. En introduisant l'ordinateur dans les activités de la classe, trois aspects de cet appareil sont envisagés:

 

 

l'ordinateur-objet
l'ordinateur-outil d'apprentissage.
l'ordinateur-moyen d'expression

 

 

 

 

 

 

L'ordinateur "objet" d'apprentissage.

Comme on apprend aux enfants à tenir un crayon, il devient indispensable de les familiariser avec le clavier et l'utilisation, même simplifiée, d'un traitement de texte, d'une base de données, d'un tableur, de la richesse mais aussi des dangers de l' internet. A l'heure des multimédias, l'école ne peut plus se limiter aux traditionnels tableau noir, papier, crayon. Les voies nouvelles d'information et d'apprentissage qu'offre l'ordinateur imposent que notre enseignement s'en préoccupe et l'intègre dans sa pratique quotidienne.. Démystifier cette machine pour en connaître les possibilités mais aussi les limites et les risques, voilà un des objectifs poursuivis avec les élèves.

 

 

 

 

L'ordinateur "outil" d'apprentissage.

L'attrait de l'ordinateur sur les enfants n'est plus à prouver mais reste peut-être à analyser pour être bien compris. Quand il est face à la machine, quelle est l'attitude de l'enfant? Quelles démarches intellectuelles utilise-t-il ? L'ordinateur permet-il d'acquérir de nouvelles notions ? De fixer les apprentissages antérieurs ? Et ce ne sont là que quelques questions parmi d'autres.
Dans notre enseignement spécial, il est beaucoup question de remédiation, d'individualisation. A ce titre, l'ordinateur offre des possibilités extraordinaires. Les didacticiels disponibles sur le marché sont de plus en plus nombreux et de plus en plus élaborés, de plus en plus gourmands en mémoire aussi. Il n'est bien sûr pas question de se limiter à ces programmes tout faits, mais ils ont le mérite d'exister et de proposer des activités riches et variées, gage d'un apprentissage efficace.


Permettre à chaque enfant d'accéder à l'outil informatique pour développer son autonomie et sa créativité, au travers d'activités liées le plus souvent à la vie de la classe, voilà un autre objectif de l'atelier informatique.

 

 

 

 

L'ordinateur moyen d'expression
E-mail, page perso, skyblog, site web … Autant de moyens nouveaux mis à la disposition de chacun pour communiquer. Des compétences de lecture, d'écriture sont sollicitées chaque fois que l'enfant utilise l'ordinateur. De la lecture de consignes à la recherche d'informations, de la correspondance scolaire à la présentation d'un reportage, les situations "vraies" de communication sont multiples.

 

 

 

Le local informatique se veut être un prolongement de la classe, un outil moderne mis au service de notre enseignement. Chaque classe profite de ce local au moins une heure par semaine. Selon les projets, des activités de lecture, écriture, divertissement, recherche y sont proposées, avec le souci d'individualiser, de remédier, de renforcer les acquis de chacun.

José Pirson
instituteur

Janvier 2005

 

 

 

Historique du développement de l'informatique

 

L'INFORMATIQUE À L'E.P.S.
une longue histoire,
un cheminement personnel.

Mon souhait d'utiliser l'ordinateur comme outil pédagogique au sein de la classe est la suite logique d'une approche commencée depuis longtemps.. Mes premiers contacts avec l'ordinateur ont eu lieu suite à l'initiative de mon collègue, M.. Stassin. En 1992, il équipait sa classe d'un Macintosh Classic II. Très vite, l'intérêt des élèves pour cet appareil a dépassé le stade des "jeux électroniques". Un projet un peu fou s'est alors dessiné et concrétisé par la parution mensuelle d'un journal rédigé par les élèves et baptisé " Le Journal des Grandes Langues". Ce fut l'époque héroïque des réunions du jeudi midi avec les élèves responsables de chaque classe afin de "boucler" l'édition du mois. Récits, articles documentaires, jeux, petites annonces et autres nouvelles étaient récoltés au sein des classes et venaient nourrir les pages du J.G.L. Ce journal était ouvert à tous, de la maternelle aux plus grands, tant de l'École Fondamentale (EPA) que de l'École Spécialisée (EPS), initiatrice duy projet.. Inutile de dire que l'activité était intense autour du seul ordinateur dont nous disposions. Chaque récréation, chaque dispense de natation étaient mises à profit par l'un ou l'autre élève pour venir "taper" son article.
En participant à ce projet, j'ai été surpris de voir la facilité avec laquelle des enfants ne connaissant rien en informatique savaient très vite utiliser l'ordinateur. J'ai pu aussi observer avec quelle motivation les différentes classes produisaient de l'écrit dans le but de communiquer par l'intermédiaire de ce journal.
La découverte occasionnelle de quelques logiciels (traitement de texte, tableur, base de données, ...) a renforcé encore mon attrait pour l'ordinateur tant et si bien qu'en 1993 j'achetais, à titre personnel, un appareil semblable à celui de mon collègue. Comme les enfants, j'ai été séduit par la facilité d'emploi de la machine. Motivé comme eux à vouloir en faire toujours d'avantage (et encouragé par mon épouse !) je n'ai pas tardé à rejoindre les rangs du Team Namur animé par M.. Rousselet. D'essais en erreurs et de conseils en réussites, j'ai exploré alors plus avant ces logiciels. L'ordinateur est ainsi devenu un outil de plus en plus utilisé dans la partie administrative de mon travail: qu'il s'agisse de la conception de grilles, de la préparation de bulletins ou de la rédaction de textes, de fiches d'exercices ou encore de la feuille "infos" destinée aux parents. C'est à cette époque aussi (1993) que mon épouse, assistante sociale à l'école, a utilisé les possibilités de la base de données pour gérer aussi bien les listes d'élèves officielles que les fastidieux "comptes natation" et leurs inévitables rappels de paiement. Qu'il s'agisse de rédiger les commandes de fournitures classiques, des grilles de surveillances ou d'autres documents, notre ordinateur prenait souvent le chemin de l'école...
En participant régulièrement aux réunions du Team Namur , j'ai pu rencontrer d'autres enseignants qui m'ont fait partager leur expérience dans l'utilisation de l'ordinateur au sein de la classe. C'est là aussi qu'en rencontrant Mr. Bokiau, j'ai appris l'existence du projet ACOT: projet qui m'a intéressé aussitôt. Les conseils de collègues tels Mrs. Dubois et Delbart, leur disponibilité et leur compétence m'ont encouragé à équiper ma classe d'un matériel acheté d'occasion. Faute de moyens financiers, la chose ne fut possible qu'en 1994.
L'année suivante, je faisais appel aux parents d'élèves afin de doter ce Classic II d'une imprimante et pouvoir ainsi permettre aux élèves de garder trace de leurs travaux. La chance m'a souri en la personne d'une maman qui a proposé de nous confier son LC II avec imprimante pendant toute l'année scolaire. Inutile de dire que nous avons largement profité de l'aubaine. Plusieurs didacticiels (notamment les productions du Club Pom) ont fait les beaux jours de mes élèves cette année-là. Toujours soutenu par mes collègues de l'EPA, j'ai multiplié les expériences informatiques au cours de cette année scolaire 95-96 . Très vite, l'appareil si généreusement prêté, s'est avéré trop faible pour répondre à l'appétit des élèves (et à la mémoire requise par certains logiciels !). La chance, encore elle, m'a permis d'utiliser le matériel installé au Centre Informatique de l'École Normale. Les élèves ont eu alors le bonheur et l'avantage de pouvoir disposer d'une machine pour deux afin de mener à bien leur projet de créer une bande dessinée. Le travail qui a pu être effectué à ce moment-là mais aussi la collaboration et l'entraide entre les élèves ont été remarquables. Bien sûr, il fallut aménager l'horaire afin de rendre les déplacements possibles sans trop perdre de temps... Nous arrivions à la fin de l'année, le projet ACOT se précisait au sein de l'EPA et de mon côté, je souhaitais plus que jamais permettre à mes élèves du "Spécial" de pouvoir utiliser du matériel performant au cours de cette année scolaire 96/97. Ne disposant pas de moyens financiers au niveau de l'école, j'ai donc pris l'initiative d'avancer les fonds nécessaires à l'acquisition d'un "Performa 460" en espérant que différentes opérations menées au cours de l'année permettraient de me rembourser. Je ne regrette pas cette démarche car je peux constater que l'intérêt manifesté par les élèves envers l'ordinateur se répète chaque année. Malheureusement; je ne dispose plus que d'une seule machine cette année, et sans imprimante. Cela suppose l'organisation d'un tour de rôle, le respect d'un horaire parfois un peu trop strict, ..., mais aussi la frustration de ne pouvoir "sortir" immédiatement les travaux réalisés. Certains logiciels comme les "Comick Books" ne permettent pas de sauver les documents sur disquette. Il devient donc nécessaire d'emprunter une imprimante à gauche ou à droite pour obtenir directement le résultat sur papier.
Mon expérience acquise dans l'utilisation de l'ordinateur en classe est certainement très limitée. Je la dois en partie aux opportunités qui se sont présentées, à ces petits brins de chance qui changent parfois le cours des choses. Mais je ne serais arrivé nulle part sans les "coups de pouce" de mes collègues. Merci à Guy, Bertrand et Christophe.


2. QUEL(S) PROJET(S) MAINTENANT ?

L'ordinateur fait partie de notre entourage et je souhaite permettre aux élèves de se familiariser avec l'outil. Je repense à Sébastien (dont la maman avait prêté le LC II) et qui ne voyait dans son ordinateur qu'une "super grosse boîte à jeux". Il a découvert en même temps que ses compagnons de classe les possibilités de la machine en réalisant des cartes postales, en rédigeant des messages, en créant sa BD, ...