Frontispice d'une édition ancienne du  «Roland Furieux»

"L'Orlando furioso" et

 

 l'opéra

 

L’Orlando Furioso de l’Arioste est une des œuvres littéraires dont la fortune a été la plus ample et la plus durable dans l’Europe musicale. Dès le début du 16ème siècle, peu après la disparition du poète, son œuvre est souvent représentée avec des accompagnements musicaux, spectacles qui annonçaient la naissance de l’opéra.

Les premiers opéras issus de l’Orlando apparaissent en Italie, avec des œuvres de Jacopo Peri et Francesca Caccini. Toutefois le premier opéra d’importance sera l'"Orlando furioso" et l’"Orlando finto pazzo" de Vivaldi. La fortune de l’Arioste se déplace ensuite en France dans la deuxième moitié du 17ème siècle.

Les cinquante premières années du Seccento furent en effet celles de l’âge d’or de l’opéra ariostien, à travers une multitude de productions. Trois noms librettistes dominent cette période : Salvi, Capece et Bracciol. Deux noms de musiciens l’illuminent : Vivaldi et Haendel.

Par le truchement du Tasse, les thèmes et personnages du Roland furieux seront repris dans de nombreux opéras, notamment dans

En Angleterre au début du 18ème, l’œuvre du poète italien connaît une réputation particulière avec les trois chefs-d’œuvre de Haendel que sont "Ariodante", "Orlando"  et "Alcina".

Elle se prolonge jusqu’à la fin du 18ème siècle avec des œuvres de Méhul (Ariodant), Haydn (Orlando Paladino) et Rossini (Armida).

Voir aussi