Boîte à outils

Le palais ducal

Theodoor Van Heil,

Incendie du Palais de Bruxelles en 1674, toile, 74 x 116 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Van Heil a représenté le palais sur un arrière-plan d'incendie: une partie du quartier du Borgendael, situé à l'arrière-plan à gauche, semble être la proie des flammes, à moins qu'il ne s'agisse de l'aile des cuisines, qui était située entre la cour intérieure du palais et ces maisons, ou encore du pavillon de la grande galerie, dont la construction date de 1600 à 1604, et qui a abrité le Conseil des Finances et, plus provisoirement, le général Ambrogio Spinola. Le palais subissait assez fréquemment de grands et de petits incendies, le plus souvent sans conséquences graves. La littérature renseigne en effet que cette partie brûla en 1674. Cet incendie n'a toutefois pas pris l'ampleur apocalyptique de celui de 1731, qui a réduit en cendres une grande partie du corps de logis, et dont la peinture de Van Heil apparaît comme une préfiguration prophétique. Le peintre semble avoir voulu souligner le côté dramatique de l'événement (d'après Krista De Jonge, in 'Le peintre et l'arpenteur')

 

Il ne subsiste rien en surface du palais ducal construit au nord de l'actuelle place royale. Une plaque apposée sur l'hôtel Belle Vue commémore l'emplacement du palais. Au XIIe siècle les ducs de Brabant quittèrent le castrum situé sur l'île Saint-Géry pour s'installer dans le nouveau palais ducal, construit sur les hauteurs du Coudenberg. Il fut le témoin de hauts faits historiques, tels l'abdication de Charles Quint en 1555 et la remise de la requête des confédérés à Marguerite de Parme en 1566. Le Palais abritait le trésor de la Toison d'or, aujourd'hui à Vienne. Un incendie le détruisit complètement dans la nuit du 3 au 4 février 1731. Aussi Charles de Lorraine choisit le Palais de Nassau comme résidence. Il embellira le quartier du palais ducal en créant un nouveau quartier royal néo-classique à l'instar de Vienne.