Boîte à outils     Bruxelles

Hôtel de Ville

Theodoor Van Heil,

Incendie de la maison la Louve à Bruxelles en 1690, toile, 

74 x 116 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.*

L'hôtel de Ville, construit au XVe siècle, est un des bâtiments civils les mieux réussis. Lorsque au XIe siècle, le souverain décide de déplacer sa résidence de l'île Saint-Géry au Coudenberg, le centre économique de Bruxelles se déplace vers la Grand-Place. Ce lieu prenant de l'importance grâce aux nombreux privilèges obtenus au fil des ans et au développement économique général, le bâtiment faisant office d'hôtel de Ville devenait trop exigu. Au XVe siècle la Ville décide de se construire un édifice prestigieux, emblème de la loi et de la dignité municipale, où se réuniront les magistrats. Les gildes et les corporations qui symbolisaient l'industrie et l'essor économique entourèrent l'hôtel de Ville de leurs maisons. Le bombardement des soldats français de 1695 détruisit la Grand-Place et ses alentours: seuls les murs extérieurs et la tour de l'hôtel de Ville étaient restés debout. Par la suite, le collège de la Ville pratiqua une politique urbanistique contraignante à laquelle on doit l'aspect actuel de la Grand-Place. Les 300 statues représentant les anciens souverains du Brabant et les personnalités politiques et intellectuelles de la Ville ont été ajoutées sur les façades lors de la restauration au XIXe siècle.

 

 

*En choisissant de représenter cet incendie historique, Theodoor van Heil donne une vision dramatique de la Grand-Place de Bruxelles et restitue avec virtuosité le contraste entre le feu et la nuit, à peine percée par un faible croissant de lune. Eclairés par les flammes, l'hôtel de ville, le "steen" médiéval des Serhuyghs, la Maison du Roi et plus loin, l'imposante tour de l'église Saint-Nicolas acquièrent une monumentalité peu commune. En comparaison, la place occupée par la foule est singulièrement réduite. Un examen attentif permet d'y relever cependant tous les moyens de lutte contre l'incendie: transport de l'eau dans des seaux en peau ou dans des tonneaux, action d'une pompe à partir d'un grand baquet, transport des échelles et des crochets, maintien des curieux à distance dans les rues adjacentes (d'après Véronique Bücken, in 'Le peintre et l'arpenteur')