LE BIGEHI

Feuillet d'informations scientifiques et historiques

Bigehi-accueil

Télécharger le N°0 Word

( une page recto-verso)

Lire les consignes de téléchargement  

                                N°0 novembre 2003

I. ACTUALITÉ

Maroc: découverte d'un dinosaure datant de 180 millions d'années

Du sang en poudre

Sur les traces des premiers Américains

II. Question  / Réponse 

Si le feu à besoin de combustible pour brûler et que le Soleil est une boule de feu, comment se fait-il qu'après tout ces milliards d'années, il brille encore? 

Actualité 

Maroc: découverte d'un dinosaure datant de 180 millions d'années

 

Les ossements d'un dinosaure récemment découvert au Maroc, sauropode herbivore du jurassique inférieur, datant d'environ 180 millions d'années, ont été présentés officiellement à Rabat par une équipe de scientifiques marocains, français, suisses et américains.
La découverte des ossements fossilisés de ce quadrupède primitif, mesurant 9 mètres environ, ancêtre des grands brachisaures et diplodocus, a été faite dans la localité de Tazouda, à 70 km de Ouarzazate (sud-est), où un gisement fossilifère exceptionnel a été mis à jour, ont indiqué les responsables du programme.
Le sauropode a été officiellement baptisé "Tazoudasaurus Naïmi", lors d'une manifestation à Rabat au cours de laquelle le ministre marocain de l'Energie et des Mines, Mohammed Boutaleb, a rappelé la richesse et la grande diversité du patrimoine paléontologique du Maroc, "véritable livre ouvert" sur les étapes de la formation de la planète.
Le dinosaure de Tazouda constitue un nouveau "maillon" dans la connaissance de l'évolution des grands vertébrés --pour une époque géologique que peu de sites rendent accessible dans le monde--, a indiqué Philippe Taquet, responsable au Muséum d'histoire naturelle de Paris.
Les ossements crâniens découverts, notamment une mandibule portant 17 dents, sont les plus anciens connus d'un sauropode, a-t-il notamment précisé.
 Le Tazoudasaurus est, de vingt millions d'années, l'aîné de l'Atlasaurus découvert dans cette même région du Haut-Atlas marocain il y a quelques années, remontant au jurassique moyen (160 millions d'années).
  Dale Russel, responsable de recherches au Muséum d'histoire naturelle de Caroline du nord (États-Unis), a souligné la contribution de ce nouveau sauropode à l'étude des dinosaures nord-américains dont il est un ancêtre direct.
L'Océan Atlantique ne s'était pas formé il y a 200 millions d'années, a-t-il rappelé, estimant que la zone de recherches où il travaille, dans l'est américain, était à cette époque "distante de quatre heures de route" du site marocain.
Les responsables marocains ont annoncé le projet de création d'un "Musée des dinosaures" à Tazouda, sur ce site paléontologique facile d'accès, situé dans un paysage montagneux exceptionnel et proche des grands centres touristiques de Ouarzazate et de Marrakech.
Une association milite par ailleurs pour la création d'un "géoparc", une zone dotée d'un statut de réserve géologique, qui permettrait de veiller à la préservation de ce patrimoine paléontologique sous les auspices de l'Unesco.

http://www.meknes-net.com/printnews.php?artid=1346

 

Du sang en poudre

Une dizaine de patients suédois ont reçu avec succès des transfusions de sang artificiel. 

 

Suède  

27/10/2003 - L'entreprise californienne Sangart a mis au point un substitut du sang qui peut être transfusé à tous les patients, peu importe leur groupe sanguin. Les essais cliniques en cours auprès de patients subissant des chirurgies à l'Hôpital Karolinska, à Stockholm, en Suède, montrent que le produit remplace avantageusement le sang provenant de don. 

  Le sang synthétique Hemospan ne peut remplacer complètement le sang humain. Il n'assume en fait qu'une fonction, celle de transporter l'oxygène jusqu'au tissu. Hemospan est fabriqué à partir des globules rouges de sang humain périmé. 

On en isole l'hémoglobine, le pigment qui assure la fonction de transport de l'oxygène dans le sang. En éliminant toutes les autres composantes sanguines, on fait tomber à zéro le risque de rejet ou de transmission de maladies comme les hépatites ou le sida.

 On pourrait également le fabriquer à partir de sang d'autres mammifères. 

L'hémoglobine purifiée est cependant toxique pour les reins, car la molécule se brise en deux en arrivant dans l'organisme et cause des dommages aux cellules rénales. Les scientifiques de Sangart ont donc encapsulé les molécules d'hémoglobine dans une enveloppe de malémide-polyéthylène glycol (PEG), un polymère déjà utilisé pour d'autres applications médicales. 

Hemospan présente plusieurs avantages. Préparé sous forme de poudre, il pourra probablement se conserver des années, alors que le vrai sang se garde 42 jours. Il faut environ une heure pour faire, à partir de cette poudre, un substitut de sang liquide qui peut être transfusé. Comme il peut être reçu par tous les patients sans risque de rejet, on pourra le transfuser directement sur les lieux d'un accident ou dans l'ambulance, sans avoir à préalablement analyser le sang du patient pour connaître son groupe sanguin. 

D'autres études cliniques auprès d'un plus grand nombre de patients sont nécessaires avant que ce produit ne soit homologué, ce qui pourrait prendre quelques années. La compagnie est en concurrence avec plusieurs autres compagnies et centres de recherche qui ont mis au point des substituts sanguins, eux aussi en études cliniques. Qui gagnera la course de la commercialisation ?

http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N3318.asp

Sur les traces des premiers Américains

Les premiers habitants du continent américain ne descendraient pas tous des mêmes ancêtres. 

Mexique 

 08/09/2003 - L'étude de 33 crânes anciens retrouvés au Mexique démontre que les premiers habitants du continent ne descendent pas tous des mêmes ancêtres, selon un article paru le 4 septembre dans la revue Nature

On a cru longtemps cru que les paléoaméricains – les premiers habitants du Nouveau monde – étaient originaires du nord-est de l'Asie. Les analyses et les mesures des crânes mexicains indiquent que certains d'entre eux ont plutôt des similitudes morphologiques avec les crânes retrouvés dans les régions de l'Asie du sud et de la bordure du Pacifique et qu'ils partagent les mêmes ancêtres que les premiers Australiens et autres population du Sud. 

 Les crânes des paléoaméricains comme ceux retrouvés au Mexique ont des boîtes crâniennes longues et étroites et des visages relativement courts et fins. Les Amérindiens modernes ont quant à eux des crânes similaires à ceux d'un autre groupe d'humains arrivés en Amérique en provenance du nord-est de l'Asie et de la Mongolie. C'est cette deuxième population qui se serait adaptée au réchauffement du climat après la période de glaciation et aurait donné naissance aux Amérindiens modernes.  

 De plus, il n'est pas certain que ces populations soient arrivées il y a 12 000 ans car certains sites archéologiques d'Amérique du sud datent de 12 500 ans, ce qui suggère que les paléoaméricains soient arrivés plus tôt. 

http://www.quebecscience.qc.ca/Cyber/3.0/N3281.asp

 

 Question 

Si le feu à besoin de combustible pour brûler et que le soleil est une boule de feu, comment se fait-il qu'après tout ces milliards d'années, il brille encore ?    

Réponse     

  Le Soleil dégage tellement d'énergie, sous forme de rayonnement et de chaleur, qu'il arrive à éclairer et à chauffer notre planète située à 150 millions de kilomètres de distance. Cette énergie est produite lors de réactions nucléaires, qui ont lieu au cœur de l'étoile et au cours desquelles les atomes d'hydrogène fusionnent pour se transformer en atomes d'hélium. Chaque seconde, ce sont 700 millions de tonnes d'hydrogène qui sont converties en hélium. L'hélium issu de cette fusion est plus léger que l'hydrogène : une différence de masse de 0,7 % qui se dissipe sous la forme d'énergie pure. Le Soleil perd ainsi cinq millions de tonnes d'énergie par seconde. Ce qui représente 432 milliards de tonnes par jour.  

À ce rythme, il épuise rapidement ses réserves d'hydrogène. Mais comme il est très massif, il dispose d'énormes quantités. Assez pour briller pendant encore cinq milliards d'années.

Lorsqu'il aura épuisé tout son hydrogène, sa structure se modifiera: il se mettra à enfler et à changer de couleur. Il deviendra ainsi une géante rouge. Puis finira pas s'effondrer sur lui-même pour devenir une naine blanche (une petite étoile). Il refroidira enfin jusqu'à s'éteindre complètement. 

http://www.cybersciences.com/Cyber/2.0/Q8997.asp